Cap’Agri Géorgie #3 – les roches et les sols

Comme nous l’avons vu dans les articles précédents, la Géorgie présente le Petit Caucase et le Grand Caucase.

Quelle est la formation géologique de la Géorgie ?

En Géorgie, il s’agit d’une zone de convergence, c’est-à-dire un espace où deux plaques tectoniques se rapprochent l’une de l’autre. Aujourd’hui, il s’agit de deux plaques continentales qui se font face donc on parle de zone de collision (plaque arabique contre la plaque européenne). En vérité, ce mouvement de convergence existe depuis longtemps et c’est lui qui a conduit à la formation du Caucase (en plusieurs temps).

Comme vous pouvez le voir ci-dessous, à un moment donné, il y avait un océan nommé Téthys. Le Caucase s’est globalement formé à la suite de la fermeture de cet océan. C’est ce mouvement de convergence qui existait déjà et qui a rapproché des plaques. D’abord, il y a eu le Petit Caucase et ensuite le Grand Caucase (comme on peut le voir sur cette vidéo).

https://i1.wp.com/cdn.britannica.com/49/136149-004-A1D5FF03/Distribution-landmasses-regions-seas-ocean-basins-Permian.jpg?w=740&ssl=1
Formation géologique il y a 255 millions d’années

Le Petit Caucase résulte d’un processus de subduction (fin du Trias, vers -250 millions à – 200 millions d’années). Cela signifie qu’une plaque (lithosphérique) océanique est passée sous une plaque (lithosphérique) continentale. C’est donc un mouvement de convergence, mais là on ne parle plus de collision (deux plaques qui se font face) mais bien de subduction (une plaque passe sous une autre). Cela a conduit à refermer une partie de cet océan.

https://www.alloschool.com/files/premium/svt/2bac/u10/s8/img1.bmp
Source Alloschool

Le Grand Caucase s’est formé plus tard, par une autre subduction (plus tard, au Miocène, entre -23 millions et -5 millions d’années). Contrairement au Petit Caucase, il y a eu, en plus, la fermeture d’un bassin sédimentaire (en résumé, un espace avec une accumulation de sédiments). Cela a continué de refermer une partie de cet océan Téthys.

La preuve qu’il y a eu de la plaque océanique sont les sédiments marins et les roches métamorphiques du faciès schiste bleu qu’il est possible de retrouver à la surface. Les géologues se servent de ces indices pour reconstituer les histoires géologiques.

Après ces subductions (et fermeture du bassin sédimentaire pour le Grand Caucase), il y a eu le début des collisions continentales. Elles sont caractérisées par des déformations, comme des plis et des failles inverses, mais aussi par une sur-épaisseur de la croûte continentale (reliefs et racines crustales).

Si vous voulez avoir une idée des mouvements des plaques tectoniques d’aujourd’hui, il y a cette carte.

Quels sont les types de sols présents en Géorgie ?

En ce qui concerne la pédologie, les données de référence ont été éditées par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) en 2006. Elles sont téléchargeables sur le site SoilGrids250m. Ce sont ces données qui ont été utilisées sur la carte ci-dessous.

Carte des sols selon les données World reference base for resources de 2006 (précision 250 m)

A l’échelle de la Géorgie, on distingue principalement les cambisols (en orange). D’après le site de l’Observatoire du Développement rural, le cambisol est caractérisé par l’absence de couches accumulées d’argile, d’humus, de sel soluble ou d’oxydes de fer et d’aluminium. Grâce à leur structure et leur contenu élevé en minéraux, ils sont généralement bien exploitables pour l’agriculture. Il s’agit du type de sol majoritaire dans le monde et est particulièrement présent en Europe.

Ensuite, viennent les podzols (représentés en vert). Il s’agit d’un sol avec un pH très acide ce qui le rend infertile pour l’agriculture.

Les luvisols sont des sols profonds ayant une bonne fertilité agricole. En hiver, l’eau a tendance à s’accumuler, ce qui peut provoquer l’asphyxie des semis.

D’après Britannica, les kastanozems sont des sols riches en humus qui ont été initialement couverts par des pelouses. Cela a impliqué une couche brune en surface. Ils sont généralement utilisés pour l’irrigation et le pâturage.

Les chernozems sont aussi riches en humus et sont utilisés pour les céréales ou l’élevage bovin.

Enfin, les calcisols sont caractérisés par une couche où le carbonate de calcium s’est déplacé. Ce sont généralement des sols bien drainés qui sont relativement fertiles dû à leur taux important de calcium. Ils sont principalement utilisés pour le pâturage.

Dans le prochain article…

Après avoir décrit les conditions physico-chimiques (topographie, climat, géologie et pédologie), le prochain article va s’intéresser à l’usage des sols.

👋 Pour rester connecté.e.s !

☀️ Instagram 

☀️ Page Facebook 

☀️ L’association hébergeant le projet : les Agronautes 

☀️ Campagne de financement participatif : Hello Asso

🙏 Ils soutiennent le projet :

Sources

Cartographie du Grand Caucase (Fonds national suisse, 2014)

Page Wikipédia de la géologie du Caucase

Les liens vers les autres articles

Article #1 : la topographie

Article #2 : les régions et les climats

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *