Est Kansas – Tennessee

Si tu as raté mes incroyables aventures au Nouveau-Mexique et au Kansas, cliques ICI. Dans ce nouvel épisode, tu découvriras mon étape au sein d’une communauté de maraichers bios et mes derniers instants aux Etats-Unis.

EST KANSAS

+ Oklahoma & Arkansas

Un long chemin à parcourir (relier les deux repères rouges sur la carte)

carte

Carte complète ICI

Nina et Jeter, ne me laissant pas faire du stop dans ces grandes plaines à faible population, m’ont conduit auprès de Seth, avec qui j’ai traversé l’état du Kansas pour rejoindre Faye à Topeka. Enfin le paysage laissait apparaitre des arbres, une topographie plus vallonnée ainsi qu’un climat plus humide, rappelant un peu le bocage Normand. Faye et Seth étaient très accueillants, nous sommes sortis le soir à Lawrence et c’était très sympa. Le lendemain, je suis allé me promener au bord d’un lac avant de rejoindre Faye qui prenait la route pour le Texas. Nous sommes restés dormir chez sa cousine Valérie en Oklahoma où nous avons fait le concours de la plus belle pancarte de stop!

DSC02647

Puis j’ai fait mes adieux pour reprendre ma route direction Memphis. J’ai alors traversé l’Arkansas en compagnie de Joel, et nous avons regardé un documentaire très intéressant dans son camion sur les impacts écologiques de l’élevage : Cowspiracy (A voir absolument !).

Durant ces derniers jours, je me suis rendu compte à quel point les étasuniens étaient piégés dans un cercle vicieux trop évident. En effet, les publicités à la télé le montraient : d’abord une sur la malbouffe des fastfoods suivis d’une autre sur des traitements contre le diabète, le cancer. Comme le faisait remarquer Jeter, la qualité de la nourriture aux Etats-Unis est basse, les gens le savent mais continuent à manger n’importe-quoi ! Une preuve que le pouvoir de changer notre système alimentaire est dans les mains du peuple plus que celles des agriculteurs ou des politiques. Heureusement, l’étape qui m’attendait allait me redonner un peu d’espoir.

TENNESSEE

Je suis arrivé à Knoxville le lundi, mais encore une fois trop tard pour rejoindre mon point d’arrivé un peu plus au Nord. Cherchant un endroit où dormir, je suis tombé sur un français qui m’a gentiment invité à rester chez lui pour la nuit. C’est là que j’ai appris l’ampleur du phénomène Pokémon Go, mais ce n’est pas le sujet ! (Jouer ou lire, il faut choisir !)

Mac est venu me récupérer le lendemain et je suis arrivé à ma dernière ferme : A Place of the Heart Farm. Sa femme Adrienne, dirige l’exploitation maraichère et a réussi à relever le défi de créer des potagers en permaculture et une communauté spirituelle et végétarienne, tournée vers la nature. La famille et les volontaires travaillent ensemble et partagent tout.

Le nord-est du Tennessee présente un climat chaud et humide, presque tropical ! La ferme est entourée de forêts et le long de la route, une plante invasive est fortement présente (le kadzou, comparable au lierre). Un ruisseau traverse l’exploitation et le paysage laisse apparaitre des collines derrière lesquelles le soleil se couche le soir. Un vrai petit coin de paradis !

Une diversité de produits et de goûts

Au sein de l’exploitation se trouve 9 jardin-potagers, plus ou moins grands. Ils produisent plus de 80 variétés différentes de fruits, légumes, herbes aromatiques et fleurs. Bien entendu la production se fait sans l’usage de pesticides et la ferme est certifiée « Naturally Grown ». Ce label basé sur le même principe que le Bio (Organic USDA) est indépendant du ministère de l’agriculture étasunien et accessible aux petits paysans n’ayant pas les moyens et le temps d’obtenir la certification « Organic ». Il est aussi basé sur la transparence.

Durant mon séjour, j’ai découvert ou redécouvert des fruits et légumes aux goûts merveilleux, voici mon top cinq en image.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

[Slideshow "«vegetables-top5»" not found]

Egalement, des jeunes pousses (lentille, luzerne, haricot, radis) sont préparés dans des jarres ou en pots pour celles de tournesol. Par chance, les épisodes pluvieux survenus m’ont permis de trouver des champignons sauvages aux abords de la forêt ou le long du ruisseau. Nous sommes allés récolter des pleurotes, des chanterelles et des bolets avec Adrienne qui s’y connaissait bien. Et c’est cela dont je vous parlais à la fin de mon dernier article : la meilleure chose que j’ai mangé de toute ma vie !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Poisonous mushroom
Smurf's house
Adrienne
Food Orgie!
Chanterelles
Oyster - Pleurotes

Un commerce qui marche et un objectif zéro déchet

Le vendredi, c’est le jour de récolte le plus important. On prend tout ce qui est prêt et suffisamment d’herbes et de fleurs pour satisfaire les clients. De nombreuses familles autour bénéficient des produits de la ferme. Adrienne et la communauté vendent au travers de trois circuits. Le premier grâce aux clients du programme CSA (Community supported agriculture – l’équivalent de nos AMAP), qui relie les consommateurs aux agriculteurs. Le consommateur soutient l’exploitation en payant ses produits à l’avance et reçoit en échange un panier de légumes fraichement récoltés chaque semaine. Ils vendent également chaque samedi au marché de producteurs de Knoxville et auprès de restaurants.

Lors de la récolte du vendredi, les légumes endommagés sont mis de côté pour être consommés au sein de la communauté. Les feuilles externes de choux et poireaux sont donnés aux animaux. Puis, à la fin du marché du samedi, une fois que tous les paniers CSA sont distribués, les restaurants fournis, et avant de remballer, le surplus qui ne pourra pas être consommé par la communauté est donné à une association qui redistribue la nourriture aux plus pauvres. Même au sein de la ferme, on fait attention ! Les légumes les plus urgents sont cuisinés d’abord, transformés en quiches, soupes ou sautés. J’ai pu cuisiner un délicieux pesto après avoir rapporté deux sacs pleins de basilic du marché ! Et les épluchures ou les légumes qui, quand bien même se perdent, sont compostés ou donnés aux animaux (aux chèvres, aux poules ou au cheval).

En plus, sur le marché, on fait du troc ! On offre quelques fruits et légumes contre de bons cafés, du pain et des viennoiseries, des desserts, des boissons, qui font le bonheur de tout le monde à la ferme !

Preparation of the market
Preparation of the chard for the market
Knoxville Market Square
A place of the Heart Farm team (not all)
Happy consumer!
At Knoxville farmer's market
Sunflower sprouts
Cherry tomatoes
beautiful winter squash
Red onion
Peaches

Silence, ça pousse !

Ils pratiquent la permaculture, c’est-à-dire qu’ils se basent sur les processus écologiques permettant de conserver au mieux les ressources naturelles. Un compost est préparé avec les mauvaises herbes, les déchets organiques, et du fumier et du foin qu’ils obtiennent de leurs voisins. Les lits de cultures sont préparés et fertilisés puis une fois les légumes semés, on ne touche plus au sol ! De la paille est placée sur certains lits afin de conserver l’humidité. Les légumes sont classés selon leur famille et leur cycle. Et puis chaque année, on tourne ! Un jardin se déplace vers un autre endroit et un légume ne revient jamais au même endroit pendant quatre ans ! En pratiquant la rotation, on limite ainsi les ravageurs. Encore des photos de légumes ?

Tomatoe garden
Butternut Squash
Corn
Sprouts
Tomatoes
Sunflower
Basil
Yellow onion
Melon
First pumpkin
Cucumbers
Purple hink pinked eyed peas
Beans
Beats

Tous les matins, on prend soin de quelque uns des lits de légumes, on désherbe manuellement (sans marcher sur le lit !), on prépare les cages autour des plants de tomates, on travaille dans les patates, on prépare des lits pour la culture suivante, etc. Le soir, on récolte ce qui pousse le plus vite : les myrtilles, les courges et courgettes, les concombres, les haricots et pois, qui sont stockés dans des frigos. La ferme produit des fruits et légumes de qualité qui font le plaisir des consommateurs et de la communauté.

La ferme suit également les lois de la biodynamie permettant d’obtenir de beaux légumes. Les jours de semis sont basés sur le calendrier lunaire qui définit des jours racine, feuille, fleur. Par exemple si on veut semer des carottes, on attendra un jour racine ; pour du chou, il faut un jour feuille. Le calendrier définit également des jours où il ne faut pas du tout toucher au sol. Quand cela est arrivé, nous en avons profiter pour nettoyer les parties communes et j’ai pu préparer des crêpes et une autre volontaire des champignons pour un délicieux brunch !

Durable sur tous les critères

Pas besoin de préciser que l’exploitation est durable. Durable du point de vue agroécologique par le respect des ressources naturelles et du sol, le peu de déchets produits et la production de leur propre compost. Durable aussi car permettant de fournir en produits frais jusqu’à 30 familles grâce au programme CSA, 5 restaurants, les clients du marché et la communauté. Durable économiquement en réussissant à dégager suffisamment de revenus pour subvenir aux besoins d’environ 10 personnes, payer les factures et assurer les fournitures nécessaires pour faire fonctionner la ferme. Jenn, Chris et Yassi, présents sur la ferme depuis 1 à 3 ans sont considérés somme stagiaire et touche un petit revenu. De plus, de décembre à février, les activités sont en pause et chacun peut se permettre de voyager ou retrouver sa famille. Cependant, l’intensité de travail est élevée, et ils pensent à arrêter le marché pour se consacrer à une vie communautaire, recevoir les consommateurs sur place et pratiquer la vente à la ferme. Ils doivent également entretenir la communauté, les lieux d’accueil des volontaires, etc.

A Place of the Heart Farm était une expérience enrichissante qui m’a redonné espoir. J’ai pu échanger avec consommateurs et agriculteurs et comprendre qu’il n’était pas difficile de produire durablement et de consommer de bons produits, il faut juste le vouloir.

I’m thankful for these moments there, for what I learned, for the good food I discovered, for the great people I met, for the nature, for the Earth. Mitakuye Oyasin.

Une touche de musique pour finir en beauté

Avant de rejoindre l’Aéroport d’Atlanta pour rentrer en France, j’ai fait une escale dans la ville musique : Nashville. Ce fut agréable d’arrêter le travail au champ pour un peu de culture. Dans le centre-ville et plus précisément sur Broadway, il y a de la musique partout et tout le temps, dans le moindre bar, restaurant, et même taco place ! J’ai passé du bon temps à écouter de la musique live et j’ai eu la chance d’assister à une comédie musicale mise en scène par mon couchsurfer qui jouait le rôle principal : Tarzan, et également joué par des enfants présents en nombre sur scène.

Mon expérience aux Etats-Unis était enrichissante et riche en rencontres. J’ai fait face à de nombreuse controverses sur l’alimentation et la société dans le pays, mais également vu des alternatives essayant de créer un environnement sain et un peu mieux qu’il ne l’est. Je vous invite à continuer à suivre Les Agro’nautes et vous pourrez bientôt en apprendre plus sur le système alimentaire aux Etats-Unis, ainsi que dans de nombreux autres pays, au travers de nos vidéos et articles que nous publierons par la suite. Merci pour votre soutien et merci d’avoir suivi mes aventures tout au long de ces 6 mois.

The End

INCREDIBLE MEETINGS <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :